[Hommage] Amadou Sawadogo

Née le 18 décembre 1947 à Kaya, Amadou Sawadogo fait ses études primaires de 1954-1959 à Kaya en Haute Volta. Puis ses études secondaires de 1959-1967 à l’École Militaire Préparatoire de Saint Louis au Sénégal. Décidant de continuer une carrière militaire, il entame des études supérieures dans des écoles émérites :

De 1967 à 1969, Amadou fait l’école d’officier d’Aix en Provence en France

De 1969 à 1971 École Spéciale Militaire de Saint Cyr en France.

À sa sortie le 1er Octobre 1971 Mr Sawadogo obtient le Grade de Sous-lieutenant.

Du 13 septembre 1971 au 30 juin 1972, il va en stage d’application d’infanterie à Montpellier en France. Forte personnalité, très doué sur les plans intellectuel et physique le sous-lieutenant Sawadogo est un officier particulièrement intelligent et compétent. Officier complet, qui a toutes les qualités pour faire rapidement un Officier d’élite et qui donnera d’emblée satisfaction dans toutes les fonctions de son grade. A son retour, il sera instructeur au Groupement d’Infanterie des Forces Armées Voltaïques (GIFAV) jusqu’à 1973.

De Août à Novembre 1973, Amadou Sawadogo exécute des stages aux Centres nationaux d’entrainement commando (C.N.E.C) de Collioure et de Mont-Louis, France qui lui permit d’être le 1er Officier Instructeur Commando de l’Armée Voltaïque.

Le 1er Octobre 1973 il est gradé Lieutenant puis nommé adjoint au commandant de compagnie du GIFAV jusqu’à 1974.

Amadou Sawadogo en France

Du 2 septembre au 10 octobre 1975, il va en stage et obtient un Certificat d’Aptitude aux Troupes Aéroportées de Pau en France.

D’Octobre 1975 au 03 Août 1981, il devient le Commandant de la Compagnie d’Intervention Aéroportée (CIA) à Bobo-Dioulasso.

En Avril 1978, Sawadogo se voit attribué le Grade de Capitaine, un jeune Capitaine, commandant la Compagnie d’Intervention Aéroportée. Excellent instructeur parachutiste, véritable entraîneur d’hommes, robuste et énergique, il a fait de son unité une compagnie d’élite. Bel officier de troupes avec un sens des responsabilités. Sawadogo a de la personnalité et une très grande puissance de travail. Trois (03) ans plus tard (Avril 1981), il atteint le Grade de Commandant.

Du 1 er janvier au 31 décembre 1982, Amadou SAWADOGO est affecté au sein de la Compagnie de Commandement et de Soutien Régimentaire du 3ème Régiment d’Infanterie Commando (RIC) à Bobo-Dioulasso en tant que commandant. Ensuite, il est nommé chef de Corps du 3ème Régiment d’Infanterie Commando (RIC) Sous le régime du chef d’Etat le médecin commandant Jean Baptiste Ouédraogo (08/11/1982-04/08/1983)

D’Aout 1983 à Août 1984, Sous la révolution, il est Haut Commandant en Chef Adjoint des Forces Armées Nationales.

Le Mercredi 18 juillet 1984, vers 20h50 aux environs du barrage n°3, des individus armés de mitraillettes, au bord d’une Peugeot 404 bâchée blanche, non immatriculée, ouvraient le feu sur son véhicule le blessant gravement.

Évacué le 19 juillet 1984 à l’hôpital du Val de Grâce de Paris il succombera à ses blessures le 7 Août 1984.

15 Août 1984 : Décoré à titre posthume de la médaille du mérite du travail de la RDP.

Selon ses frères d’armes, Amadou Sawadogo était un officier très sympathique, calme, franc et direct, officier de valeur aimant son travail et aimé de ses subordonnés. Homme d’honneur et loyal.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscris-toi à notre Newsletter!

Nous te tiendrons informés de nos activités par email!

Un petit mail bien sympathique reprenant l'essentiel de nos activités.

Promis pas de spams! Tu recevras un mail environ tous les deux mois!

Nous aussi on n'aime pas se faire bourrer nos boites mails, donc on le fait avec modération!

PROMIS!!!

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

Miirya will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.