[Hommage] : Maurice Yaméogo

Père de l’indépendance de la Haute Volta, Maurice Yaméogo est née le 31 Décembre 1921 à Koudougou, ville située à 98 km à l’ouest de Ouagadougou. Son nom naissance est Nawalagmba Yaméogo. Mec qui signifie << il viendra les rassembler >>. Il est rapporté que le 28 juillet 1929, le jeune Yaméogo à qui il manquait un an de catéchisme pour être baptisé, aurait été ondoyé après avoir été foudroyé.

Après avoir passé quelques années à l’école de son village, Maurice Yaméogo est admis au Petit Séminaire de Pabré. Le 5 septembre 1934.

Il a épousé une fille scolarisée de Koudougou, Félicité Zagré, « noire mais belle ». Ensemble ils auraient formé le couple « évolué » de Koudougou.En 1940, Maurice Yaméogo est affecté à Abidjan. Puis élu le 15 décembre 1946, conseiller général de Koudougou à la première assemblée territoriale de Côte d’Ivoire. Philippe Zinda Kaboré décédant le 24 mai 1947, Maurice Yaméogo se positionne comme son héritier spirituel.

Nouvelle majorité, l’UDV-RDA dissout le gouvernement le 22 janvier 1958. Dans le nouveau cabinet du 6 février, composé uniquement de ministres UDV-RDA, Il est propulsé n°2 du régime avec le poste stratégique de ministre de l’Intérieur. Le 4 septembre 1958, Ouezzin Coulibaly décède, Maurice assure l’intérim de chef du gouvernement. Après l’adoption de la constitution par l’assemblée, se déroule ce jour-là, ce que certains dénoncent comme le « coup d’État manqué » du Moro Naba Kougri pour instaurer une monarchie constitutionnelle.Après le coup de force du Moro Naba Kougri, le MRV-PRA se rapproche de Maurice Yaméogo. Le 05 Août 1960, Maurice proclame l’indépendance de la Haute Volta.

Au cours de son manda, Le détournement de deniers publics est pourtant une pratique commune au sein du gouvernement. Le Président le sait d’ailleurs bien. Son épouse Félicité dépense sans compter dans des manteaux de fourrure et les précieuses toilettes tandis que ses enfants achètent des voitures de sport. Le président de la République passe quant à lui plus de la moitié de l’année à l’étranger dans de somptueuses villas ou en cure thermale. Ce train de vie n’améliore guère les humeurs du président.Il fait l’objet d’un culte de la personnalité comme en témoignent les timbres imprimés à son effigie. Il est le dirigeant exclusif de la République en Haute-Volta, il se présente en candidat unique à l’élection présidentielle du 3 octobre 1965, organisée au suffrage universel direct, au cours de laquelle il est réélu par 99,97 % des voix.Les rémunérations des chefs ainsi que les subventions en faveur de l’école privée sont supprimées. Les allocations familiales mensuelles sont réduites de 2 500 à 1 500 francs CFA par enfant et limités aux familles ayant au moins six enfants à charge.Yaméogo est le premier chef d’État africain accueilli à la Maison-Blanche par le président Lyndon Baines Johnson

Le 03 Janvier 1966,Le 3 au matin débute la manifestation. Il semble que ce soit l’épouse de Joseph Ki-Zerbo, Jacqueline, qui l’ait ouverte avec ses collégiennes du cours Normal. Arborant des pancartes réclamant de « Du pain, de l’eau et de la démocratie », elles sont suivies par les élèves du lycée Philippe Zinda Kaboré. Rapidement, tous ces jeunes gens sont rejoints par plus de 100 000 Ouagalais, dont de nombreux fonctionnaires qui appellent au retrait de l’abattement de 20 % des salaires. La manifestation n’est pas violente.Par le biais de son chef d’état-major le lieutenant-colonel Aboubacar Sangoulé Lamizana, qu’il retire l’abattement de 20 % et maintient le taux des allocations. La foule menée par l’historien Joseph Ki-Zerbo appelle désormais à la démission du président de la République retranché dans le camp Guillaume Ouédraogo.Dans l’émission radiophonique d’Alain Foka Archives d’Afrique consacrée à Maurice Yaméogo, Sangoulé Lamizana affirme n’avoir jamais reçu l’ordre de tirer, rejoignant ainsi la version du premier président de la Haute-Volta. Yaméogo aurait, selon son témoignage à l’historien Ibrahima Baba Kaké, démissionné afin d’empêcher toute effusion de sang. Lamizana, en larmes, n’aurait qu’à contrecœur accepté de prendre le pouvoir. Maurice en 1966 puis en 1968 essais 2 tentative m’a de suicide. En 1969 , il a condamné pour 5ans puis relaxé par Lamizana le 05 Août 1970. après sa déchéance, son épouse Nathalie Monaco le quitte. Il se remarie en troisièmes noces avec Jeannette Ezona Kansolé.

En mai 1991, le président de la République Blaise Compaoré organise sa réhabilitation . Il recouvre ainsi ses droits civiques et ses biens en l’état. En 93, il se rend en France pour des soins. Devant sa gravité, il décide de rentrer à Koudougou pour son dernier soupire. Maurice Yaméogo s’éteint le 15 septembre dans l’avion qui le ramène dans son pays.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscris-toi à notre Newsletter!

Nous te tiendrons informés de nos activités par email!

Un petit mail bien sympathique reprenant l'essentiel de nos activités.

Promis pas de spams! Tu recevras un mail environ tous les deux mois!

Nous aussi on n'aime pas se faire bourrer nos boites mails, donc on le fait avec modération!

PROMIS!!!

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

Miirya will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.