[Hommage] Père Celestino Di Giovambattista

Père Celestino Di Giovambattista au Burkina

Née le 24 Avril 1934 à Massa D’Albe, dans la province de Aquitaine, en Italie, Père Celestin de son vrai nom Celestino Di Giovambattista entre au petit séminaire des camilliens le 06 Octobre 1946. Quatre (04) ans plus tard, il reçoit l’habit religieux des camiliens et commence son noviciat.
Le 4 Mai 1958, Père Célestin reçoit l’Ordination Sacerdotale et il est affecté à la basilique de S. Camille de Rome en tant que vicaire. En Septembre, il fut envoyé à l’hôpital de saint Martino al Cimino pour s’occuper des enfants atteints par la tuberculose.
En 1962, Mr Celestino ouvre la maison de Loreto pour enfants handicapés physiques et psychologiques. Ainsi, en 1968, il se rétrouve dans sa ville natale où il exerça la tâche de supérieure et directeur au petit séminaire camillien.
C’est dans ce cadre, il arrive au Burkina et est chargé des étudiants camilliens en formation le 27 Août 1972.
Puis, le 20 Août 1974, il est nommé supérieur et directeur du petit séminaire S. Camille de Ouagadougou : << Juvenat S. Camille>>. Fidèle à ses promesses, il est nommé curé de la paroisse Saint. Camille en remplacement du père Lino, premier curé de la paroisse qui rentrait pour des raisons de santé. En plus de cette responsabilité, de mai 1982-1988, il est délégué provincial de la Délégation camillienne du Burkina.
Le 3 Mai 1996, il devint conseiller de la délégation.
Le 24 Février 1999, il obtient la nationalité burkinabé et reçoit la décoration de << Chevalier de mérite >> du Faso.
Homme au grand cœur, il laisse sa tâche de Curé au père Prosper Kontiebo et est nommé aumônier de la Maison d’Arrêt et de Correction de Ouagadougou ( MACO) et de l’hôpital Yalgado Ouédraogo.
Père Célestin décède le 13 Octobre 2001 à l’hôpital Yalgado victime d’un détenu de la MACO.
Selon des témoignages recueillis au moment de sa mort, pour Mgr Jean Marie Compaoré :<< son amour n’est pas seulement un amour en parole mais un amour en acte, un amour engagé…>> et pour Francis Turlotte de l’ONG Prisonnier sans frontière, c’est << un homme d’une sensibilité extrême, d’une humilité sans égal, d’une bonté à l’égard des détenus qui étaient non pas seulement des paroissiens, mais des frères au sens évangélique du terme >>

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscris-toi à notre Newsletter!

Nous te tiendrons informés de nos activités par email!

Un petit mail bien sympathique reprenant l'essentiel de nos activités.

Promis pas de spams! Tu recevras un mail environ tous les deux mois!

Nous aussi on n'aime pas se faire bourrer nos boites mails, donc on le fait avec modération!

PROMIS!!!

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

Miirya will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.