[Fiche de lecture] L’esclavage raconté à ma fille par Christiane Taubira

Une fiche de lecture d’Ophélie Konsimbo

Titre du livre : l’esclavage raconté à ma fille

Auteure : Christiane Taubira

Informations générales France Éditions Points 21 avril 2016


L’auteur : Taubira est une femme politique guyanaise. Elle fait ses débuts dans le mouvement indépendantiste guyanais dans les années 70. Elle est éprise lors de son parcours de tous ces grands socialistes, de Jean Jaurès à Léon Bloom. Elle obtient un diplôme de second cycle en sciences économiques puis un second en agroalimentaire. Elle fut députée de la première circonscription de Guyane, puis députée européenne et ministre de la justice Garde des sceaux de la république française. Elle démissionnera de ce dernier poste suite à la volonté du gouvernement Valls de faire adopter un projet de loi visant la déchéance de nationalité des français binationaux impliqués dans des affaires de terrorismes (les personnes visées étant les fichés S). Taubira est une femme de terrain, fille d’une aide-soignante et d’un épicier elle sait se salir les mains. Elle rencontrait les jeunes des quartiers, une fois par semaine afin de rétablir le dialogue social. Membre et fondatrice de nombreuses associations comme cari coop, elle oeuvre à ce que son agenda politique touche le petit peuple et les minorités. Elle ne s’inscrit pas dans une logique de parti car ses prises de positions sont souvent personnelles. De nombreuses réformes et lois ayant à jamais transformer le système politique et juridique en France ont vu le jour sous son impulsion. On peut donc retenir de Taubira qu’elle est une politicienne, intellectuelle et praticienne ce qui malheureusement fait défaut de nos jours.
Parmi les grands marqueurs du passage politique de Christiane Taubira on peut citer : la loi sur le mariage pour tous et la loi très connue de 2001 tendant à la reconnaissance de la traite négrière et de l’esclavage comme crimes contre l’humanité. Dans l’ouvrage l’esclavage raconté à ma fille, elle décrit les motivations l’ayant animé lors de son combat, elle nous raconte l’histoire de l’esclavage.

Le genre : Œuvre de sciences politiques

Le cadre : Comme nous l’avons dit tantôt Taubira est une socialiste d’extrême gauche. Cette oeuvre s’inspire en grande partie de son expérience personnelle en tant que citoyenne française issue d’un département d’outre-mer. Elle dévoile dans les moindre détails le passé
esclavagiste de la France, et de l’Amérique en particulier, et celui de l’Europe en général. Comme pour guérir cette plaie historique de sa gangrène, elle l’expose à lumière. Le racisme, pré et post colonial, le climat d’intolérance et la montée des extrémismes en tout genre servent de ferment à notre auteur qui fait germer ses oeuvres principalement destinées à la jeunesse.

Résumé :
Vous êtes-vous déjà demander quels sont les fondements de l’esclavage ? Ce mot est très connu mais son sens profond l’est souvent moins. L’esclavage ne naît pas avec la traite négrière. Il lui est antérieur. Les grecs et les romains pratiquaient l’esclavage mais sous une autre forme. L’esclavage était tantôt le mode de paiement d’une dette ou encore le sort réservé aux prisonniers de guerre. La traite negrière n’a pas inventé l’esclavage, disons qu’elle l’a ré inventé. La mesquinerie de cette ré invention réside dans le fait qu’elle utilise la différence comme source d’asservissement. Le péché, la faute suprême c’est d’être né noir. Rien que cela. La science, la religion, la sociologie, la philosophie, et bien d’autres ont pavés la voie de l’exploitation et du massacre des amérindiens et des noirs.
La malédiction de Cham, la théorie de l’évolution, la bulle pontificale du pape Nicolas V sont des exemples palpables développés dans ce livre. Les jalons théoriques de l’esclavage étant posés, les activités concrètent commencèrent : razzias sur les côtes, parkage dans des cales de bateaux, ventes aux enchères sur place publique, instrumentalisation par la religion, inculcation d’un fallacieux complexe d’infériorité, séparation des familles, lynchages, émasculations, pendaisons, lacérations, viols et la liste est longue.
Cette période se caractérise par un total déni d’humanité. Une idéologie qui se sert de l’être humain comme d’une chose, un moyen de production. Il y’a dans « l’esclavage raconté à ma fille» l’histoire de la résistance, l’histoire de Samory Touré, de Aminatou de Zaria . Cet ouvrage traite de la résilience d’hommes et de femmes s’opposant à l’injustice, c’est l’histoire des nègres marrons, du Gospel, l’histoire des passeuses, des empoisonneuses. Elle nous parle de la mère Solitude, d’Harriet Tubman, de Toussaint Louverture, de Nat Turner de Louis Delgrès et de tous ces personnages ayant luttés corps et âmes pour la liberté des esclaves. Pour finir cet ouvrage est aussi celui de l’abolition.
C’est l’histoire des tentatives d’abolition ratées ; mais aussi de 1’abolition effective menées entre autre par de la société des amis des noirs et les Quakers. Cet ouvrage traite aussi de l’apartheid comme conséquence de la ségrégation raciale.


Citations :
« La France, qui fut esclavagiste avant d’être abolitionniste, patrie des droits de l’homme ternie par les ombres et les « misères des Lumières ».


Thèmes principalement abordés et appréciation personnelle :
L’intitulé de l’ouvrage est un style bien connu en littérature populaire. Raconter une histoire à quelqu’un de sa famille, c’est prendre le temps de la détailler, de l’expliquer en des termes compréhensibles, c’est une explication chaleureuse, sur un ton de bienfaisance. Ce style est souvent utilisé pour expliquer des thèmes d’une relative complexité à un jeune public. Dans le même genre, on peut citer les ouvrages : le capitalisme raconté à ma petite fille de Jean Zigler, ou encore lettre à ma fille de Maya Angelou.
Ce que j’apprécie dans ce livre c’est le fait qu’il traite l’esclavage et de la traite négrière sous toutes ces coutures. Le processus avant le début de l’esclavage, celui pendant l’esclavage mais aussi les systèmes racistes, les systèmes post coloniaux et l’esclavage moderne y sont abordés.
J’apprécie aussi les images de Taubira, sa façon de conter l’histoire telle une griotte de l’empire Wassoulou, elle écrit la gloire des grands empires d’Afrique, la richesse de ces communautés.
A travers ses mots, on capte l’incompréhension de personnes capturées par des africains eux mêmes.
On ressent les coeurs qui se soulèvent dans les cales de l’ Amistad, on perçoit le désespoir de ces femmes qui fracassaient leurs enfants contre les parois des navires avant de se jeter à la mer pour ne pas subir l’esclavage. On se surprend à imaginer l’odeur de la chaire brûlée dans le Sud des États-Unis , on s’émeut de ce père tabasser à sang devant son fils. On entend les cris de ces infortunés qui sont nos ancêtres, traités comme du bétail humain au pire et comme des meubles que l’on peut déplacer au mieux. Ils hurlent vers un Dieu qui semble sourd durant 4 siècles.
Bien évidemment cet ouvrage ne se veut pas revanchard loin de là. Il veut que nous nous souvenions. Nous avons tous un devoir de mémoire pour que plus jamais cela ne se produise.
L’abolition n’est effective que depuis 170 ans. A l’échelle de l’histoire c’était hier. Pour paraphraser De Beauvoir : n’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilants votre vie durant.

Autres œuvres de la même auteure.

  • L’esclavage raconté à ma fille : éditions points 2016
  • Codes noirs de l’esclavage aux abolitions : éditions Dalloz 2006
  • Mes météores : éditions j’ai lu 2014
  • Paroles de liberté : éditions flammarion 2014
  • Murmures à la jeunesse : éditions pluriel 2017
  • Nous habitons la terre : éditions Philippe Rey 2017
  • Baroque Sarabande : éditions Philippe Rey 2018

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscris-toi à notre Newsletter!

Nous te tiendrons informés de nos activités par email!

Un petit mail bien sympathique reprenant l'essentiel de nos activités.

Promis pas de spams! Tu recevras un mail environ tous les deux mois!

Nous aussi on n'aime pas se faire bourrer nos boites mails, donc on le fait avec modération!

PROMIS!!!

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

Miirya will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.