[Fiche de lecture]: L’étrange destin de Wangrin d’Amadou Hampâté Bâ

Titre du livre: L’étrange destin de Wangrin

Auteur: Amadou Hampâté Bâ


Informations générales (Pays, Éditeurs, date de publication)
: Burkina Faso, Présences Africaines, 1973, 452 pages.

L’auteur :

Amadou Hampâté Bâ est un auteur, philosophe, conteur, anthropologue ethnologue né à Bandiagara au Mali en 1900. Il débute sa formation dans une madrassa (école coranique) sous la supervision du professeur tidjanite Tierno Bokar qui deviendra son guide spirituel. Refusant d’étudier à l’école Normale de Gorée il est envoyé en Haute Volta à Ouagadougou en guise de punition afin d’y exercer des fonctions essentiellement administratives. Il sera affecté à Dakar à l’IFAN (institut français de l’Afrique noire). Grâce à ce poste, il réussit à effectuer des enquêtes ethnographiques qui peaufinerons sa formation.
Titulaire d’une bourse de l’UNESCO, il ira terminer le plan de formation qu’il s’était fixé et fondera l’institut des sciences humaines de Bamako. Pour souligner l’importance de la tradition orale, il dira à Dakar ces mots restés célèbres dans l’histoire : « En Afrique, chaque fois qu’un vieillard traditionnaliste meurt c’est une bibliothèque inexploitée qui brûle ».
Vers la fin des années 70, il consacrera sa vie à la recherche et à l’écriture.
Le vielle homme-bibliothèque, chantre de l’oralité rendra l’âme en 1991.

Le genre : Roman
Le cadre :
La tradition orale a une place prégnante au sein des civilisations africaines. Le savoir, les rites, les conseils, l’initiation et bien d’autres marqueurs de la vie sociale se font par la parole. L’oralité est si importante qu’elle est dévolue à des groupes experts formés de générations en générations. Ce sont les conteurs et les griots.
L’un des arguments énoncés par les colons afin de soutenir l’inexistence de toute civilisation et de tout apport historique de la part des africains est la remise en cause de la pertinence de l’oralité. Ce que l’on dit, ne serait pas vérifiable et l’écrit serait la forme la plus fiable et suprême d’authenticité et d’intelligence.
De nombreux historiens, linguistes et ethnologues africains déconstruisirent cette conception mensongère.
Au titre de ces éminents scientifiques, on peut citer les illustres Chekh Anta Diop et Joseph Ki-Zerbo qui par leurs travaux ont posé les jalons de l’histoire générale de l’Afrique depuis la préhistoire jusqu’à l’époque moderne.
Hampâté Bâ, écrira animé par le même désir que ses deux compères et cette œuvre qu’il nous donne à lire est un roman au sens classique du terme avec de nombreuses références sociologiques, anthropologiques, linguistiques et ethniques.

Les personnages principaux :
Wangrin : le personnage principal Tierno Siddi : le marabout de Wangrin
Les différents cadres de l’administration française : Jean Jacques Villermoz, Monsieur de Brière, Galandier, Arnaud De Bonneval
Romo Sibedi : le concurrent et principal adversaire de Wangrin
Monsieur et Madame Tierrau : couple ami de Wangrin

Résumé :
Wangrin vit le jour à Ninkoro-Sira, après une tendre enfance passée au village, il se rend dans la ville de Diagambara où il sera le premier instituteur. C’est un jeune homme plein d’entrain et de vivacité. Wangrin a une intelligence incroyable, son esprit rusé en étonne plus d’un. Profitant toujours de la conjoncture et se faisait un bon nombre d’ennemies par la même occasion, il réussira à gravir les échelons de l’administration coloniale autant que faire se peut pour un indigène.
C’est un homme qui sait ce qu’il veut et surtout qui sait comment l’avoir, il se joue de tout et de tout le monde et c’est là le problème …

Citation :
« Tout le monde éclata de rire… Wangrin fit de même tout en disant : Riez et rions ensemble, car le rire est le meilleur thermomètre de la santé et du bonheur ».


Thèmes principalement abordés et appréciation personnelle :
L’histoire de Wangrin tout comme celle de tous ces hommes et femmes en quête de gloire fascine. Mais au-delà de la personnalité sulfureuse du personnage principal de nombreux messages peuvent être décelés. Il y’a d’abord ce refus maladif de l’échec qui anime le personnage. Wangrin ne perds jamais, ou presque, ce qui peut nous interpeller. Un échec est-il vraiment négatif ou doit-on percevoir la somme des échecs comme le tremplin vers la réussite ?
Aussi, la réussite à laquelle aspire Wangrin n’est pas personnelle, elle est sociale. Il ne souhaite pas se réaliser, il souhaite être perçu comme ayant réussis sa vie. Ce qui encore pose la question de l’être et du paraître dans nos sociétés. Sommes-nous vraiment heureux ou voulons-nous tout simplement paraître heureux aux yeux du monde afin de nous satisfaire d’une validation de notre entourage ?
Ce roman aux airs tragiques, est aussi celui des méandres de l’administration. Déjà en 1968, Sembène Ousmane pointait du doigt ces problèmes. Lenteur, corruption, mépris des populations des villes vis-à-vis des populations rurales, abus de pouvoir, décentralisation mal réalisée etc. Ainsi à l’aune de cette œuvre, nous pouvons essayer d’observer la société actuelle et de la comparer à celle que décrivait Hampâté Bâ en 1975.
Cette œuvre est tellement riche qu’elle ne manquera jamais de surprendre et ce que l’on peut affirmer avec certitude, c’est que l’auteur a été une bibliothèque qui grâce à ses enseignements et ses écrits ne brûlera jamais si ce n’est dans le cœur des fidèles lecteurs.
Autres œuvres du même auteur.

  • L’Empire peul du Macina (1955, nouvelle édition en 1984)
  • Vie et enseignement de Tierno Bokar, le sage de Bandiagara (1957, réécrit en 1980), –
  • Aspect de la civilisation africaine (1972)
  • Jésus vu par un musulman (1976)
  • Amkoullel l’enfant peul (Mémoires I, 1991) –
  • Oui mon commandant ! (Mémoires II, 1994)
  • Il n’y a pas de petite querelle (2000)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscris-toi à notre Newsletter!

Nous te tiendrons informés de nos activités par email!

Un petit mail bien sympathique reprenant l'essentiel de nos activités.

Promis pas de spams! Tu recevras un mail environ tous les deux mois!

Nous aussi on n'aime pas se faire bourrer nos boites mails, donc on le fait avec modération!

PROMIS!!!

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

Miirya will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.