[Événement]: Les récits photographiques de Ouagadougou

Les récits photographiques de Ouagadougou s’est tenu à la villa Yiri Suma du 9 au 26 mars 2019.
Point de ventre relais d’ouvrages de “Vives Voix” :
Ouaga Emoi, Dakar Emoi, Germaine Acogny.

La Bâche de François d’Assise Ouedraogo :
François d’Assise a composé sa bâche des récits photographiques de Ouagadougou avec la vingtaine de photos qu’on lui a proposées.
Il y avait sans doute des fils de « sens » pré-tissés, une trame, derrière cette sélection subjective mais pas vraiment «pensée ».
On est un peu perdu dans ces photos de l’existant de Ouagadougou…On ne s’y retrouve pas vraiment…On flotte dans un espace familier dans le détail et qui nous est renvoyé dans une fiction futuriste qui ne peut pas nous laisser indifférents.
Mais est-ce si opposé à notre façon d’appréhender la ville ? nos trajets de routine d’un point à un autre, qui dessinent des trajectoires d’appropriation, et qui ignorent le reste, la part la plus importante en terme d’espace et encore plus, de diversités sociales….de rencontres possibles.
On voit principalement des infrastructures, des constructions « informelles » ou des monuments, des bâtiments inscrits dans l’identité socio-politique de la capitale du Burkina Faso .
Peu de vies humaines mises à part les loupes sur des quartiers populaires et sur quelques individus dispersés sur la double voie…
Une autoroute qui traverse le « centre » en passant sous la «soucoupe volante» du monument des Héros Nationaux…monument miniaturisé par rapport au centre des congrès tout proche (festivités, colloques…), par rapport à la belle mosquée géante de Ouaga 2000 qui symbolise la floraison des mosquées dans la ville…
Le monument des Cinéastes, emblème pan-africaniste d’appel à des fictions (de lecture de l’Histoire et de création du futur), trône dans ce qu’on repère être le « centre de la ville ».
Une piste d’atterrissage, ou de décollage, occupe un espace important en filant vers un horizon sans destination identifiable … elle questionne l’avion qui vole sans ailes dans l’autre coin … et l’enjeu des infrastructures à venir qui serviront de trame aux tissages d’énergies urbaines, rassembleuses ou fragmentées….insensées ou porteuses d’intelligence collective.
Merci à François.

Source: Yiri Suma

#RadioMiirya #Capitaldelaphotographie #BurkinaFaso #VillaYiriSuma #Ouagadougou #Mai2019

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscris-toi à notre Newsletter!

Nous te tiendrons informés de nos activités par email!

Un petit mail bien sympathique reprenant l'essentiel de nos activités.

Promis pas de spams! Tu recevras un mail environ tous les deux mois!

Nous aussi on n'aime pas se faire bourrer nos boites mails, donc on le fait avec modération!

PROMIS!!!

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

Miirya will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.