[Note de lecture]: Dear Ijeawele de Chimamanda Ngozi Adichie

Fiche de lecture d’Ophelie Konsimbo

Titre du livre : Dear Ijeawele

Auteure : Chimamanda Ngozi Adichie

Informations générales (Pays, Éditeurs, date de publication) : France, Gallimard, 2017, 77pp

L’auteure :

Chimamanda Ngozi Adichie nait dans la ville d’Enugu de parents originaires du village d’Abba dans l’Etat d’Anambra. Après avoir débuter des études de médecine qu’elle abandonne par la suite, elle émigre aux États Unis où sa sœur aînée exerce en tant que médecin. Son parcours scolaire sera très éclectique car elle étudiera successivement la communication, les sciences politiques la création littéraire et les composantes africaines de la littérature. Son originalité apporte un souffle nouveau au paysage littéraire et ses premières œuvres sont primées dès leur sortie.

Elle est récipiendaire du prix Caine (pour You in America), du prix de la Nouvelle BBC world service (pour that Harmattan Morning), du Baileys Women’s prize(pour son premier roman Purple Hibiscus), du Orange Prize for Fiction (pour the Half of the yellow sun). Son roman Americanah est désigné par le New York Times comme l’un des 10 meilleurs romans de l’an 2013. Elle imprégnera surtout la culture populaire et les jeunes générations par ses apparitions fréquentes dans des TED talk. Son discours We should all be feminist a été retranscrit en essai et sampler par la musicienne Beyonce Knowles dans son titre Flawless. Peu de temps après la maison de couture Dior lui achète les droits de cette phrase : We should all be feminist. Elle est aussi passionnée de mode et appel les nigérian à consommer des créations de mode locales à travers le projet « Wear Nigerian ». Elle donne l’exemple car elle est habillée presque exclusivement  par des designer nigérians. Dear Ijeawele est un manifeste écrit sous forme de lettre suite à une demande particulière.

Le genre : Essai

Le cadre : L’écriture de ce manifeste est très récente puisque la publication originale date de 2017. Elle écrit donc à une période où les options sont de plus en plus nombreuses en ce qui concerne l’éducation des enfants. Pour un parent, de nombreuses questions se posent à propos de l’éducation de sa progéniture. Dans ce livre, c’est de la question de l’éducation féministe dont il s’agit. Le féminisme a fait du chemin depuis sa naissance. L’histoire de ce mouvement subdivise ce courant en trois générations (en ce qui concerne le féminisme occidental). Les pionnières, les intermédiaires et les millénaires. Comment faire de notre société une société plus juste et moins oppressante?

De nombreux philosophes ont essayé d’y répondre de Rousseau en passant par Frédéric Douglass et ils convergent tous vers l’éducation. Il faut inculquer les bonnes valeurs dès l’enfance afin de former des humains meilleurs. C’est ainsi qu’en tenant compte de la perspective et du contexte féministe de troisième génération, Chimamanda Ngozie Adichie écrit une lettre sur demande de son amie Ijeawele afin de l’aider à établir les grandes lignes de l’éducation de sa fille.

Résumé :

Il s’agit d’une correspondance, presque proche du roman épistolaire. Chimamanda écrit à Ijeawele car cette dernière a une préoccupation majeure. En effet, elle veut donner à sa fille une éducation féministe. Chimamanda avoue ne s’être jamais penché sur la question et décide d’y travailler afin de pouvoir appliquer ses conseils à sa propre fille. Il s’agit de 15 suggestions qui tiennent dans un petit manifeste de soixante-dix-sept pages.

Citations :

« Apprends-lui à ne pas se soucier de plaire. Elle n’a pas à se rendre aimable mais à être pleinement elle-même. Une personne sincère et consciente que les autres sont humains autant qu’elle »

« Parce que la réalité de notre monde c’est la différence, en l’éduquant à la différence tu lui donne les moyens de survivre dans la diversité »

«Dis-lui que la bienveillance compte. Félicite-la quand elle en témoigne aux autres. Mais apprends-lui que la bienveillance ne devrait jamais être considérée comme allant de soi. Dis-lui qu’elle mérite aussi la bienveillance des autres. Apprends-lui à revendiquer ce qui lui appartient ».

Thèmes principalement abordés et appréciation personnelle:

Chimamanda Ngozie Adichie est l’une des auteures les plus en vogue du moment. Et cela n’est pas sans raison car sa plume est d’une originalité sans précédent. Le féminisme occidental a souvent été accusé de laisser de côté les femmes issues de minorités. Les suffragettes américaines par exemple (groupe de militante pour le droit de vote des femmes) se sont battues pour obtenir le droit de vote ce qui fut acquis pour les femmes blanches uniquement du fait de la ségrégation raciale jadis en vigueur aux États-Unis d’Amérique. Les femmes d’origines africaine, hispanique, asiatique ont souvent exprimer le fait d’être en proie à un sentiment d’exclusion vis-à-vis de ce féminisme occidental. Le sentiment est toujours actuel car il y’a la division pays riches et pays pauvres donne lieu à un résultat asymétrique en matière de droit des femmes. Chimamanda fait partie de ses auteures qui selon moi permettent une réconciliation entre le féminisme et les minorités. Elle est très spécifique et lorsqu’elle écrit, elle n’hésite pas à se définir tout d’abord comme Igbo, puis comme nigériane et ensuite comme femme et féministe. Ceci n’est pas anodin car elle s’approprie certains préceptes et les contextualise de sorte à ce que sa réalité puisse s’y inscrire. Dans cette lettre elle rappel à son amie Ijeawele qu’elle doit mettre en avant le facteur culturel, qu’elle doit apprendre à sa fille à connaître et à aimer ses origines et sa culture. Elle parle aussi des difficultés que la fille à Ijeawele vivra parce qu’elle est noire. Il s’agit de la question de la couleur de peau par exemple et de celle des cheveux crépus. Elle effleure aussi les résidus du colonialisme et les préjugés. Ce livre est un plaisir pour les yeux car la plume de l’auteure est précise concise. Elle est explicite et pleine d’humour. Chimamanda commence son livre en rappelant que l’éducation en théorie et l’éducation en pratique sont deux choses différentes. Pour cela, elle demande à Ijeawele d’être indulgente envers elle-même et envers son mari durant le processus. Dear Ijeawele est le livre dont nous avons besoin afin d’éduquer la postérité (filles et garçons) à plus de justice d’équité et d’humanité.

Autres œuvres de la même auteure.

  • Hibiscus pourpre
  • La deuxième moitié du soleil
  • Americanah
  • Autour de ton coup
  • For love of Biafra
  • Nous sommes tous des féministes

Filmographie : L’autre côté du soleil

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscris-toi à notre Newsletter!

Nous te tiendrons informés de nos activités par email!

Un petit mail bien sympathique reprenant l'essentiel de nos activités.

Promis pas de spams! Tu recevras un mail environ tous les deux mois!

Nous aussi on n'aime pas se faire bourrer nos boites mails, donc on le fait avec modération!

PROMIS!!!

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

Miirya will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.